Ralentissement des transactions immobilières

frais notaire

Comment les notaires envisagent-ils les deux prochains mois?


 

Les négociateurs ne sont toujours pas enthousiastes à l’égard de cet automne, et les activités semblent ralentir à la fin de l’année. La faute d’un climat d’attente face au scepticisme français sur les mesures économiques prises par le chef de l’état? Le site des notaires publie tous les deux mois l’évolution du marché immobilier. Cette dernière est le résultat d’une enquête nationale réalisée en octobre 2017 auprès des offices notariés dans toute la France.
 
Malgré un climat tempéré, l’activité commerciale semble ralentir. Il en résulte une baisse significative des prévisions à fin décembre. Néanmoins, bien que cette accalmie puisse réduire le volume des transactions prévues au niveau national, l’augmentation globale de l’activité avoisinera les 20% par rapport à 2016, avec un nombre record de transactions au niveau national à plus de 920 000 sur l’année. Les notaires sont à 85% optimistes pour les prochains mois, alors que 15% d’entre eux pensent le contraire.
 
A l’exception de quelques grandes villes qui connaissent un fort dynamisme de leur activité économique, les notaires ont constaté une baisse des prix assez généralisée depuis la fin de l’été. Au niveau du logement, 29% des négociateurs (contre 11% auparavant) ont noté une légère baisse des prix. Augmentations enregistrées de 10 %. Fin décembre, les deux tiers des notaires interrogés s’attendent à une stabilité des prix. Le troisième équilibre restant entre optimiste et pessimiste. Ce refroidissement affecte également les entreprises. On constate une légère amélioration du prix des terrains pour lesquels les prévisions commencent à remonter.
 
Ce ralentissement, tant en termes d’activité que de prix, divise les notaires sur l’évolution du marché à plus ou moins long terme. Certaines personnes, s’appuyant sur la stabilité des taux d’intérêt, considèrent que le marché, après sa flambée biannuelle, se redresse avant de retrouver sa meilleure position après la reprise économique. D’autres craignent que la volonté du gouvernement de favoriser l’activité économique, au détriment des loyers, ne conduise à une réglementation qui discrédite les propriétaires.
 
Pour les premiers, il est temps d’acheter avant une nouvelle hausse de prix, tandis que pour les seconds, il est temps de vendre afin de réinvestir dans des actifs plus prometteurs. Les partisans de l’une ou l’autre option sont presque également divisés, avec une légère prédominance de vendeurs pour le logement et la terre. Alors que le climat économique semble s’améliorer, les Français sont plutôt sceptiques quant à l’issue des mesures économiques et sociales prises: 57% des avis défavorables contre seulement 39% qui se déclarent satisfaits de la politique menée par le chef de l’état. La légère hausse du taux de chômage au troisième trimestre de 9,2% à 9,4%, conjuguée au vote du Sénat du 15 novembre dernier pour reporter la réforme de la taxe d’habitation, semble donner raisons aux plus pessimistes.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Vous pourriez être interressé par :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *