Le Brexit est il une bonne affaire ?

immobilier Brexit

Un ami disait souvent « j’aime bien les crises… C’est le meilleur moment pour faire de bonnes affaires. »


  

Les faits

Le Brexit laisse tout le monde dans l’incertitude. Mais que se passe t-il actuellement ?

Concrètement, les anglais ont perdu 11% de pouvoir d’achat en France et dans la zone Euro depuis le Brexit et 14% depuis un an. La livre Sterling est à son plus bas niveau depuis 1985 et comme le processus de sortie ne sera engagé qu’à partir de septembre au plus tôt, les marchés sont dans la plus grande incertitude quant à l’avenir, ne serait-ce qu’à moyen terme sachant que le Brexit durera au moins 2 ans.

Et puis il y a les frontières, dans quelles conditions un Britannique pourra venir travailler en France, y devenir résident ou passer ses vacances ?
Faudra t il un visa ? Les conditions d’obtention seront elles drastiques ?

Tout ça fait beaucoup de questions, et peu de réponses.
  

Les propriétaires britanniques en France

Ok, mais vous allez me dire en quoi cela va changer quelque chose pour l’immobilier en France ?

Et bien, en regardant les chiffres concernant les anglais en France, on y voit un peu plus clair:

  • 1er acheteurs étrangers
  • 505 000 sont propriétaires
  • 300 000 € de montant moyen d’acquisition
  • 202 000 sont résidents
  • 303 000 possèdent une résidence secondaire

 
La majorité des biens est répartie en :

  • PACA
  • Rhône-Alpes
  • Languedoc-Roussillon
  • Ile-de-France

 

Les conséquences

Si on y regrade d’un peu plus prés, on peut remarquer que 71 000 des résidents sont des retraités et qu’ils sont les premieres victimes du Brexit (avant même qu’il ai débuté) car leurs retraites, payées en Livres Sterling réduisent immédiatement leur pouvoir d’achat en France de 14% par rapport à l’an dernier. Ils devraient être nombreux à anticiper un faible niveau de leur monnaie sur le long terme et vendre leurs biens dans les prochains mois.

Les investisseurs Anglais vont préférer s’orienter vers des acquisitions en dehors de nos frontières ou revendre leurs biens car s’ils
deviennent des ressortissants extérieurs à l’Union Européenne, les taxes sur les plus-values et les revenus locatifs passeront de 20% à 33% !

Cela devrait donc créer de belles opportunités d’investissement et une baisse des prix du marché dans les secteurs ou les Britanniques sont fortement implantés.

Même s’il reste une question en suspend : et si le Brexit n’était pas voté par le parlement anglais ? On aurait dans ce cas des opportunités d’acquisition sur une période relativement courte (jusqu’en octobre), car nul doute que de nombreux propriétaires auront anticipé la sortie de l’Angleterre de L’UE…
 
 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Vous pourriez être interressé par :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *